Orientations et résultats des recherches scientifiques en Fibrolyse Diacutanée et en Crochetage Fascio-Myo-Neural Global, implications pédagogiques.

Pendant les vingt cinq dernières années, les recherches scientifiques en fibrolyse diacutanée se sont orientées selon trois axes de questionnement, dont les réponses ont considérablement modifié la pratique clinique et l’enseignement de la méthode :

  1. La fibrolyse diacutanée modifie-t-elle la force musculaire ?
  2. Le crochetage fascio-myo-neural global agit-il sur l’information proprioceptive ?
  3. La fibrolyse diacutanée a-t-elle une action mécanique ?

Les résultats de ces recherches sont développés dans notre formation en suivant un ordre non pas historique, mais pédagogique et clinique.
On remarque aisément que l’idée « de l’action mécanique » de l’initiateur de la méthode, Kurt Ekman, n’apparaît qu’en troisième position, elle est en effet relativement secondaire dans la clinique.
C’est dans la partie théorique du deuxième module de ce cours que prendra place la synthèse de ces recherches, de façon à bien faire prendre conscience, sur un vécu pratique acquis, de l’importance qu’ont les résultats scientifiques sur la pratique et les implications cliniques.

Par ailleurs, le but pédagogique premier de cette formation est de donner aux élèves, ce qui manque le plus, un fil d’Ariane diagnostique.
Selon notre point de vue, il doit être développé sur la base de l’intuition, de la palpation, et du ressenti de l’élève. Le cœur pédagogique du premier module, est de développer les qualités intuitivo-perceptives des élèves.
Cette partie exige de la part des enseignants : à la fois beaucoup d’ouverture et une grande expérience clinique et pédagogique.

Puis au deuxième module, nous nous demandons rationnellement comment construire sur ces informations perceptives, un traitement qui, non seulement, respecte mais utilise les données fournies par la recherche scientifique. Le cœur pédagogique du deuxième module est de construire un traitement rationnel basé sur des données scientifiques.

 

Synthèse des résultats obtenus par la recherche scientifique menée par notre groupe :

1.   La fibrolyse diacutanée modifie-t-elle la force musculaire ?

Nous pensions que la détente observée après le crochetage était de nature à favoriser une contraction musculaire volontaire plus efficiente.
Une analyse de la force de contraction iso-cinétique faite sur « cybex », nous a montré qu’il n’en était rien, mais qu’au contraire le crochetage augmentait significativement le pic de force de contraction iso-cinétique des muscles antagonistes !
De même, il améliore le travail et la puissance des antagonistes aux muscles traités.
Ceci modifie considérablement notre façon d’appliquer le traitement, puisque nous travaillons les muscles opposés à ceux que nous désirons renforcer. Ceci est particulièrement important dans le cadre de l’approche des sportifs.
De plus, il est montré dans cette étude, qu’un crochetage superficiel et non spécifique dit « placebo » n’a aucun effet sur ces paramètres, d’où la nécessité d’une formation très spécifique.

( Etude menée en collaboration avec le Laboratoire de Neurophysilologie et Biomécanique du Mouvement de l'Université Libre de Bruxelles et le Service de Kinésithérapie de l'Hopital d'Ixelles-IRIS sud).

 

2.   Le crochetage Fascio-Myo-Neural modifie-t-il l’information proprioceptive ?

Une étude du réflexe « H » d’ Hofmann démontre que la fibrolyse diacutanée diminue, pendant l’intervention, le seuil d’excitabilité du pool des moto neurones alpha médullaires. En crochetage fascio-myo-neural, nous formulons, sur cette base, l’hypothèse que l’information neurologique médullaire induite, permet une réorganisation de l’équilibre agoniste antagoniste que nous utilisons cliniquement sur certaines pathologies neurologiques. (Ceci fait l’objet de nos études actuelles).
Le réflexe tendineux, dit « T », est le reflet de l’excitabilité, à la fois des moto neurones alpha et des fuseaux neuromusculaires, ainsi que de la compliance musculo-tendineuse. La fibrolyse diacutanée diminue le réflexe T.
Nous utilisons ces résultats dans beaucoup d’applications cliniques, dont certaines qui n’avaient jamais été abordées, jusque récemment, par ignorance de ces effets.

( Ces études ont été réalisées en collaboration avec le Laboratoire de Biologie et Unité de recherche en Neurophysiologie, ISEPK, Université Libre de Bruxelles et le Laboratoire de Physiologie Environnementale et Occupationnelle, ISEK, pôle universitaire Bruxelles Wallonie).

 

3.   La fibrolyse diacutanée a-t-elle une action mécanique ?

Les mesures d’amplitudes articulaires démontrent que la fibrolyse diacutanée rationnellement et correctement appliquée (versus « crochetage placebo ») augmente l’amplitude du mouvement antagoniste aux structures myo-fasciales crochetées et également la compliance tissulaire du composé myo-fascial travaillé.

De plus, nous avons récemment démontré sur le triceps sural, que le crochetage augmente l’angle de pennation myo-fascial. Ceci rend compte de l’effet « diminution de force agoniste » évoqué plus haut. Nous formulons l’hypothèse que ce « gonflement » tissulaire est lié à une augmentation de la perfusion vasculaire, ce que tend à confirmer l’élévation de température locale mesurée. Ceci nous ouvre de nouveaux champs d’investigations à venir, sur l’aspect circulatoire et métabolique de la méthode.

(Cette étude a été réalisée en collaboration avec le Laboratoire de Physiologie Environnementale et Occupationnelle, ISEK, pôle universitaire Bruxelles Wallonie).

 

4.   Le crochetage Fascio-Myo-Neural Global qui préconise sur la base de l’expérience clinique, un travail au départ de la racine du membre, conserve-t-il un effet neurologique distal ?

Dans une de nos dernières études, nous avons montré que le crochetage au niveau du bassin, modifie distalement le réflexe T du triceps sural, sans changer les caractéristiques de compliance tissulaire locale. Ceci signifie que, nous pouvons obtenir un résultat clinique local par le travail distal, via le lien neurologique, sans risque d’effet rebond secondaire. Ceci constitue la démonstration du principal apport scientifique, lié au concept fascio-myo-neural global.

(Cette étude a été réalisée en collaboration avec le Laboratoire de Physiologie Environnementale et Occupationnelle, ISEK, pôle universitaire Bruxelles Walonie).